BIODIV’OM-Enjeux

WEB-pressions-anthropiques-sur-les-savanes-vues-du-ciel-©-Stier-A---GEPOG

Pressions anthropiques sur les savanes vues du ciel © Stier A – GEPOG

Les savanes côtières sont des milieux ouverts localisés et restreints, puisqu’elles ne recouvrent que 0,3% du territoire.

De plus, elles se trouvent le long de la côte, la zone la plus peuplée de Guyane.

La croissance démographique et le développement économique exercent des pressions sur ces savanes dont seulement 2% sont protégées.

Dans un département majoritairement forestier, les recherches se sont essentiellement concentrées sur ce milieu jusqu’à aujourd’hui.

Les connaissances concernant les savanes sont limitées.

Les résultats du projet Life+ Cap DOM ont cependant montré que les savanes sont un haut lieu de biodiversité, regroupant à l’heure actuelle des connaissances plus de 16% de la flore guyanaise.

Par ailleurs, elles sont à l’origine de traditions et de savoir-faire originaux.

Un des enjeux majeurs pour les savanes : la gestion des espèces exotiques envahissantes végétales, telles que l’Acacia mangium et le Niaouli, deux arbres originaires d’Australie, que le GEPOG s’efforce de connaître et de gérer à travers ce projet.

Acacia mangium envahissant les abords du rond point de Sinnamary © C. LeReun / GEPOG 2019

Forêt de Niaoulis au Centre Spatial pour tester des techniques de gestion © A. Stier / GEPOG 2019

Centre de préférences de confidentialité

Obligatoires

Ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site, par exemple pour enregistrer vos préférences sur la politique de gestion de vos données personnelles.

gdpr

Mesure d'audience

Ces cookies sont déposés par nos prestataires nous permettent de mesurer l'audience et d'analyser les circuits de navigation.

_ga, _gat, _gid